Qu’est-ce que la musique libre ?

La programmation musicale du Juvignen FM est composée des meilleures musiques libres du moment. Que recouvre cette notion ? Nous vous aidons à y voir plus clair.


La musique libre est un concept qui a été développé par le musicien américain Ram Samudrala (né en 1972) dans son manifeste sur la philosophie de la musique libre (The Free Music Philosophy). Il énonce l’idée selon laquelle la musique devrait être créée, copiée et partagée le plus librement possible, sans aucune restriction. À cet égard, on ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec les logiciels libres pour lesquels le même concept s’applique. Le développement du numérique a fortement contribué à l’essor du concept, facilitant la diffusion et le partage des œuvres. Ainsi, le concept de musique libre peut être analysé à la fois sous l’angle juridique et à la fois dans ses aspects économiques.

Les droits d’auteur

Le concept originel de musique libre autorise la libre copie et le partage sans restrictions des contenus musicaux. Toutefois, l’ensemble des règles juridiques qui définissent le droit d’auteur ont pour particularité d’avoir une base territoriale. Ainsi, chaque État peut appréhender différemment le droit d’auteur en fonction de ses intérêts. À l’inverse, le concept de musique libre a l’avantage de pouvoir faire partager ses créations partout dans le monde, quels que soient les régimes juridiques classiques du droit d’auteur. À cet égard, des licences ouvertes, dites « libres », ont été créées pour sécuriser le partage d’œuvres et garantir ainsi les principes essentiels du droit d’auteur. C’est par exemple le cas des licences Creative Commons qui permettent une protection ciblée des œuvres, quelle que soit la juridiction. L’utilisation de ces licences pour la diffusion des œuvres permet de se passer de sociétés de gestion des droits d’auteur pour lesquels l’affiliation apparaît beaucoup plus contraignante. Dans tous les cas, l’une des caractéristiques essentielles du droit d’auteur, à savoir le droit moral (p. ex. la paternité de l’œuvre) est toujours respectée. La liberté n’est ainsi pas ici synonyme de dévoiement des œuvres.

Le modèle économique

De prime abord, le concept de musique libre, tel qu’il a été développé à l’origine, paraît fortement s’opposer aux modes de production et de distribution classiques des œuvres musicales ; ces modes reposent essentiellement sur une logique commerciale qui, par ses objectifs de rentabilité, peut constituer un véritable frein à la création artistique. C’est la raison pour laquelle de très nombreux artistes partagent gratuitement leurs œuvres. Toutefois, la commercialisation de musiques libres reste possible puisqu’elle n’est pas contraire au partage des œuvres ; il ne s’agit que d’un mode de partage comme un autre. Dans tous les cas, lorsqu’un artiste met gratuitement à disposition ces œuvres, il est toujours possible de l’encourager en effectuant un don. Ainsi, la liberté n’est pas ici nécessairement synonyme de gratuité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *